Le meilleur de l actualité mode Adidas

☢️ Transcription modifiée de la conférence téléphonique BOSS.DE ou présentation des résultats 5-May-20 12:00 PM GMT ⏱


Metzingen 23 mai 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats de Hugo Boss AG le mardi 5 mai 2020 à 12 h 00 GMT

Morgan Stanley, Division de la recherche – Directeur exécutif des produits et marques de luxe

JP Morgan Chase & Co, Division de la recherche – Responsable des produits de luxe européens et de la grande distribution

Mesdames et messieurs, merci d’avoir attendu et bienvenue aux résultats du premier trimestre 2020 de HUGO BOSS. (Instructions de l’opérateur) Je dois vous informer que cette conférence est enregistrée aujourd’hui. Je voudrais maintenant livrer la conférence à votre conférencier aujourd’hui, Christian Stoehr, responsable des relations avec les investisseurs. Allez-y.

Merci, Maria, et bon après-midi, mesdames et messieurs. Bienvenue à notre présentation des résultats financiers du premier trimestre 2020. La conférence téléphonique d’aujourd’hui sera organisée par Mark Langer, PDG de HUGO BOSS; et Yves Müller, directeur financier. (Instructions de l’opérateur) Commençons maintenant. Et toi, Mark.

Merci, Christian, et bon après-midi, mesdames et messieurs. De ma part, je vous souhaite à tous une très chaleureuse bienvenue. Au cours des 20 prochaines minutes, Yves et moi vous guiderons à travers nos performances opérationnelles et financières pour le premier trimestre 2020. Nous utiliserons une partie considérable de cet appel pour aborder la situation actuelle dans le cadre de COVID-19 et élaborer en détail concernant à nos mesures complètes pour naviguer en toute sécurité HUGO BOSS à travers ces moments exceptionnels.

Cependant, permettez-moi de commencer par dire quelques mots à mon sujet. Comme chacun le sait, après 18 ans dans l’entreprise, je quitterai fin septembre le conseil d’administration de HUGO BOSS. Je suis reconnaissant depuis près de 2 décennies d’avoir pu servir HUGO BOSS dans divers rôles et d’avoir eu autour de moi tant de gens talentueux et passionnés qui m’ont soutenu pendant ce voyage. Mais aujourd’hui, il ne s’agit pas de dire au revoir. Notre entreprise, comme l’industrie du vêtement dans son ensemble, est actuellement confrontée à une situation sans précédent, une situation qu’aucun de nous n’avait jamais connue auparavant et une situation qui nécessite toute l’attention et le dévouement de chacun des les personnes qui travaillent pour HUGO BOSS. Je me soucie profondément de cette entreprise et je continuerai à servir HUGO BOSS au mieux de mes capacités dans les mois à venir.

Avec mes collègues du Conseil, je m’assurerai de prendre toutes les mesures nécessaires pour guider HUGO BOSS à travers cette crise. Malgré les grands défis liés à la pandémie de COVID-19, nous sommes pleinement conscients de la responsabilité sociale que HUGO BOSS assume en particulier dans la situation actuelle. Prioriser la santé et le bien-être de nos employés, clients et partenaires est et restera notre principe directeur pour toute décision que nous prenons actuellement. Dans ce contexte, et déjà à un stade précoce, nous avons créé une équipe de crise multifonctionnelle qui suit de près l’évolution de la pandémie, coordonnant ainsi toutes les mesures pour atténuer l’impact sur nos populations. Cela inclut de permettre à nos employés d’entreprise de travailler à domicile et de mettre en œuvre une variété de mesures de précaution liées aux règles de distance et d’hygiène pour notre personnel mondial de production, de logistique et de vente au détail.

Pour apporter une contribution essentielle au bien-être du public, nous avons temporairement consacré nos installations de fabrication en Allemagne à la production de masques réutilisables. Entre-temps, près de 200 000 de ces masques ont été donnés aux services et installations publics. De même, nous avons fait don de combinaisons et de masques faciaux à des établissements médicaux, qui ont été fabriqués dans notre établissement à Izmir.

De plus, au cours des derniers mois, nous avons temporairement fermé la plupart de nos magasins de détail, y compris les magasins et les points de vente, afin de protéger nos clients et notre personnel de vente au détail tout en respectant les exigences réglementaires. .

Examinons donc de plus près l’impact de ces mesures sur notre réseau mondial de magasins. Au 31 mars, environ 75% de notre réseau mondial de vente au détail était fermé, le reste fonctionnant en grande partie selon un calendrier réduit. Alors que la grande majorité de notre base de magasins en Asie-Pacifique a rouvert vers la fin du trimestre, l’Europe et l’Amérique, de loin les plus grandes régions, ont fermé presque entièrement après le blocus mis en place mi-mars. Depuis lors, la situation n’a guère changé. Et bien que l’Europe ait vu les premières ouvertures de magasins en Allemagne et en Autriche fin avril, la situation mondiale obsédante continue d’exercer une forte pression sur nos activités de brique et de mortier sur la plupart de nos principaux marchés. Au moment où nous parlons, plus des 3/4 de notre base de magasins dans le monde restent fermés.

Pour HUGO BOSS, les circonstances actuelles ont entraîné une baisse significative des ventes, de la rentabilité et des flux de trésorerie. Après un début d’année très prometteur et réussi, la propagation mondiale du virus a eu un impact significatif sur nos activités, d’abord en Asie-Pacifique et, avec un certain retard, également en Europe et dans les Amériques. En conséquence, le chiffre d’affaires du groupe a baissé de 16% à 555 millions d’euros au premier trimestre. Cela correspond à une baisse ajustée de la monnaie de 17% par rapport au niveau de l’année précédente.

En Asie-Pacifique, le chiffre d’affaires du trimestre a diminué de 31% ajusté en devises. Après 3 semaines de forte croissance à deux chiffres dans la période précédant le Nouvel An chinois avec une propagation rapide de COVID-19 et des fermetures de magasins correspondantes, nous avons mis notre entreprise à l’épreuve. Cela était particulièrement visible sur le marché chinois, où des mesures globales ont été prises à un stade précoce. En conséquence, les ventes du premier trimestre en Chine ont été considérablement plus faibles par rapport à d’autres marchés de la région, comme le Japon et l’Asie du Sud-Est. Cependant, depuis la réouverture de nos magasins en Chine continentale fin mars, nous avons assisté à une amélioration encourageante et régulière de cet important marché.

En avril, les ventes en Chine continentale n’ont baissé que de 15 à 20% par rapport au niveau de l’année précédente après avoir baissé de 80% et plus en février. Nous sommes convaincus que la tendance positive que nous observons actuellement, que ce soit la demande des clients, le trafic ou la conversion, se poursuivra dans les semaines à venir, nous permettant de reprendre la croissance dans un avenir prévisible. La reprise progressive en Chine s’accompagne d’une performance toujours solide de nos activités en ligne sur ce marché, en particulier au cours du mois d’avril. Cela comprend une croissance significative des ventes à deux chiffres enregistrée sur les principales plateformes de commerce électronique telles que Tmall et JD. Nous sommes également en train de renforcer nos capacités de commerce social sur WeChat et autres pour accélérer encore la croissance des ventes en ligne, tout en stimulant l’élan de la marque au niveau des clients chinois.

S’installer en Europe, où la forte dynamique du dernier trimestre 2019 s’est poursuivie en début d’année. De nombreux marchés clés tels que le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie ont enregistré une forte croissance des ventes en janvier et février, tandis que d’autres comme la France ont déjà commencé à connaître une part de tourisme plus faible, en particulier en provenance des pays asiatiques. Alors que la propagation de COVID-19 s’intensifiait également en Europe, nous avons agi rapidement en fermant temporairement la quasi-totalité de nos magasins et points de vente chez nos partenaires grossistes à la mi-mars. Cela a entraîné une baisse globale des ventes de change ajustées de 14% au premier trimestre. Alors que les ventes au détail ont enregistré une baisse de 10%, les ventes en gros ont même diminué de 19%, ce dernier reflétant principalement des livraisons plus faibles aux partenaires grossistes compte tenu des incertitudes actuelles de COVID-19, mais a également été tirée par effets de conversion. Tout d’abord, également sur une note technique, l’expansion réussie de notre modèle de concession en ligne tout au long de 2019 continue de brûler nos performances de gros à court terme. Cela est particulièrement pertinent pour nos activités européennes après la conversion réussie de notre activité BOSS à Zalando de grossiste à détaillant, qui a eu lieu en grande partie au cours du troisième trimestre de 2019. Deuxièmement, à partir du 1er janvier 2020, Nous avons consolidé entièrement notre entité de groupe aux Emirats Arabes Unis. Avec un partenaire local solide, nous gérons maintenant avec succès 5 magasins BOSS et 1 magasin HUGO sur le marché. Les ventes précédemment générées étaient comptabilisées comme des revenus de gros et sont désormais entièrement incluses dans le commerce de détail.

Pour l’avenir, nous sommes conscients que l’environnement économique en Europe restera probablement un défi à court terme. Bien que nous ayons pris les premières mesures pour récupérer certains de nos magasins indépendants en Allemagne et en Autriche, nous devons reconnaître que nous aurons parcouru un long chemin vers un fonctionnement normal. Avec seulement quelques jours de tendance à nouveau, il est également trop tôt pour vous donner la première indication des tendances actuelles sur ces 2 marchés.

Aux Amériques, la situation au premier trimestre est assez similaire à celle de l’Europe. Janvier et février se sont très bien comportés, en particulier sur notre important marché américain. États-Unis, où les ventes des magasins d’usine ont accéléré et affiché une très forte croissance après s’être stabilisées au cours des 2 trimestres précédents. Dans le contexte de la pandémie, toutefois, l’élan aux États-Unis et au Canada s’est fortement détérioré en mars. Cela a entraîné une baisse de 17% des revenus en devises ajustées pour les Amériques au premier trimestre, avec une performance globale de détail et de gros en ligne. En revanche, notre activité en Amérique latine n’a été affectée par la pandémie que plus tard. Par conséquent, nous avons pu enregistrer une croissance des ventes pour ces marchés au premier trimestre, reflétant une forte dynamique tant au Brésil qu’au Mexique. Cependant, fin mars, les magasins de détail et les magasins de ces 2 marchés ont fermé pour protéger nos clients et nos employés.

Alors que la grande majorité de nos magasins, magasins et points de vente ont été affectés par des fermetures temporaires au premier trimestre, notre propre activité en ligne a poursuivi sa trajectoire de croissance à deux chiffres. Avec une augmentation encourageante des ventes de devises ajustées de 39%, le premier trimestre de 2020 a marqué le dixième trimestre consécutif de forte croissance à deux chiffres pour notre activité de commerce électronique. Cela reflète non seulement l’importance croissante de notre propre site Web, hugoboss.com, mais s’est également avéré positif pour le succès de notre activité de concession en ligne mise en œuvre avec bon nombre de nos principaux partenaires. En raison de sa solide performance supérieure par rapport à la vente au détail physique, notre propre part d’activité en ligne est passée de 7% au cours de la période de l’exercice précédent à 11% de nos propres revenus de vente au détail au premier trimestre de 2020. Nous sommes absolument confiant que la forte dynamique de notre activité de commerce électronique se poursuivra également au deuxième trimestre. Dans ce contexte, nous sommes encouragés par la plus forte accélération de la croissance des ventes en ligne au mois d’avril, avec un chiffre d’affaires qui a doublé par rapport à l’année précédente.

Dans l’ensemble, les ventes au détail ont diminué de 17% ajusté en devises au premier trimestre. En termes comparables, le chiffre d’affaires ajusté des devises a diminué de 20%. La partie non comparable de notre réseau de vente au détail a été quelque peu plus résistante, bénéficiant de l’expansion susmentionnée de notre activité de concession en ligne en 2019, ainsi que d’une cinquantaine de rénovations de magasins achevées l’année précédente. Le chiffre d’affaires du commerce de gros a diminué de 18% au premier trimestre en raison de la baisse des livraisons aux partenaires du commerce de gros en raison de l’annulation de commandes, ainsi que d’une activité de réapprovisionnement plus fluide vers la fin du trimestre. En plus de cela, les effets de conversion que j’ai mentionnés ci-dessus ont également affecté notre performance de gros au cours des 3 premiers mois.

Mesdames et Messieurs, ceci conclut ma revue opérationnelle du premier trimestre 2020. Avant de me tourner vers Yves pour vous guider à travers les éléments les plus importants du compte de résultat et du bilan, permettez-moi de conclure très brièvement. La situation à laquelle nous sommes confrontés est de loin le plus grand défi auquel notre industrie a été confrontée dans l’histoire récente, en particulier, car elle ne nous a permis ni à quiconque de s’y préparer. Chez HUGO BOSS, nous entrons dans l’année avec une grande confiance. Nous nous engageons à poursuivre la mise en œuvre de nos initiatives stratégiques et à dynamiser la forte dynamique du dernier trimestre de 2019. Les priorités ont désormais changé et notre objectif sera de protéger le bien-être à long terme de notre entreprise et de nous assurer de récupérer encore plus loin. Une fois la crise terminée. Je suis pleinement convaincu que HUGO BOSS surmontera avec succès ces moments difficiles. Grâce à la grande passion et le dévouement de nos plus de 14 000 employés dans le monde, à la force de nos marques et à l’équilibre solide de notre groupe, nous sommes bien équipés pour naviguer en toute sécurité dans HUGO BOSS à travers cette pandémie. Et nous sommes en train de mettre en œuvre de nombreuses mesures qui nous aideraient à préserver la flexibilité financière et la stabilité de HUGO BOSS. Concernant ce dernier, Yves vous apportera plus de couleur. Yves, à toi.

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO et membre du conseil d’administration [4]

————————————————– ——————————

Oui. Merci, Mark, et bon après-midi, mesdames et messieurs. Comme Mark l’a déjà mentionné, les défis associés à la pandémie ont inévitablement affecté notre performance financière au premier trimestre. À 62,9%, la marge brute a diminué de 90 points de base par rapport au niveau de l’année précédente. Dans le contexte de la pandémie, une plus grande activité de réduction a pesé sur l’évolution de la marge brute au premier trimestre. Tous les autres effets, y compris la composition des canaux, les devises et la valorisation des stocks, n’ont eu qu’un impact mineur au premier trimestre.

En parlant de l’évaluation des stocks, permettez-moi d’être très explicite lorsque je dis que nous prévoyons un impact significatif des fermetures de magasins en cours sur notre position des stocks au cours du prochain trimestre. Par conséquent, l’évolution de la marge brute au deuxième trimestre devrait être affectée par un effet négatif significatif sur la valorisation des stocks.

Passons aux dépenses d’exploitation, qui ont connu une baisse de 1% au premier trimestre. Au sein des charges d’exploitation, les frais de vente et de distribution sont globalement stables au cours des 3 premiers mois de l’année. Bien que nous ayons enregistré des économies de coûts précoces grâce aux diverses mesures que nous avons mises en place pour protéger nos flux de trésorerie, ce dont je parlerai en détail dans quelques minutes, nous avons également dû enregistrer des provisions pour évaluation pour des comptes de gros spécifiques à l’ampleur d’un seulement des millions d’euros élevés. En plus de cela, la consolidation complète de notre filiale au Moyen-Orient que Mark a mentionnée ci-dessus a conduit à l’inclusion des coûts dans la fourchette à un chiffre d’un million d’euros. Ces coûts sont associés à nos 6 magasins à Dubaï et à Abu Dhabi. Enfin et surtout, les effets négatifs de la devise ont affecté les frais de vente et de distribution d’un faible montant d’un million d’euros seulement.

En revanche, nous avons pu réduire nos frais d’administration de 6% au premier trimestre, reflétant principalement notre concentration continue et stricte sur l’administration des coûts. De plus, la baisse des frais de personnel a également contribué à la diminution des frais administratifs. Pour compléter le tableau des profits et pertes, l’EBIT et le résultat net étaient inférieurs au niveau de l’année précédente, reflétant principalement la baisse des ventes à deux chiffres qui, comme prévu, a pesé sur le résultat final.

Passons maintenant au bilan et aux principaux éléments de flux de trésorerie. Le fonds de roulement commercial net a augmenté de 1% en glissement annuel, ajusté en fonction de la devise. La baisse des débiteurs commerciaux nets a contribué positivement à la performance des grossistes au cours des 3 premiers mois. Cependant, notre position en stock a augmenté de 6% ajusté en fonction de la devise, reflétant les fermetures de magasins mentionnées ci-dessus. Au cours du premier trimestre, nous avons ajusté notre budget CapEx pour l’année entière à l’environnement actuel. À son tour, cela signifiait suspendre la plupart des rénovations et ouvertures de magasins jusqu’à nouvel ordre. En conséquence, les dépenses d’investissement au premier trimestre ont été inférieures de 41% au niveau de 18 millions d’euros de l’année précédente. Un projet majeur que nous avons achevé juste avant la fermeture des magasins dans la région EMEA et aux États-Unis a été la relocalisation de notre magasin phare BOSS dans le quartier SoHo de New York, qui brille désormais d’une nouvelle splendeur dans un emplacement encore plus proche à proximité.

Enfin, le cash flow libre du premier trimestre a atteint moins 86 millions d’euros, la baisse du résultat n’ayant été que partiellement compensée par les premiers succès des différentes mesures initiées pour protéger notre cash flow libre.

Mesdames et Messieurs, la crise sanitaire mondiale actuelle et ses implications financières représentent une situation sans précédent pour l’industrie en général, ainsi que pour HUGO BOSS. Cependant, grâce à notre bilan sain et aux mesures globales que nous avons prises pour protéger nos flux de trésorerie, je suis pleinement convaincu que nous avons pu, que nous sommes bien outillés pour faire face à cette situation exceptionnelle. Examinons donc de plus près les différentes initiatives visant à sécuriser notre liquidité et donc à préserver la viabilité de notre entreprise. Je me concentrerai sur les 4 plus importants, car ensemble, ils conduiront à une protection supplémentaire du cash-flow libre d’environ 600 millions d’euros.

À commencer par les dépenses d’exploitation. En plus de notre approche déjà cohérente de gestion stricte des frais généraux, nous avons entre-temps rapidement mobilisé et déterminé tous les leviers qui nous permettront de réaliser des économies supplémentaires, notamment dans les domaines de la vente et de la distribution. Au total, nous visons des économies de coûts supplémentaires d’au moins 150 millions d’euros au cours de l’exercice 2020 par rapport à notre budget initial. Cela comprend des économies sur la masse salariale grâce à la mise en œuvre du travail à court terme en Allemagne et dans d’autres pays, la réduction des heures de travail dans le commerce de détail, le report de toutes les augmentations de salaire prévues à 2020 et la mise en œuvre d’un gel mondial des recrutement. Notre objectif est de maintenir nos effectifs en ces temps difficiles, tout en étant le plus flexible possible. Nous, en tant que conseil d’administration, participerons également aux mesures visant à garantir les flux de trésorerie. Et, par conséquent, nous renoncerons à 40% de notre rémunération de base pour les mois d’avril et mai 2020.

En plus des frais de personnel, nos initiatives comprennent également des économies résultant de négociations fructueuses avec nos propriétaires, ainsi que des accords individuels pour réduire temporairement les frais de location de divers magasins au cours du mois prochain. Nous avons également examiné notre budget marketing et annulé ou reporté divers événements et campagnes marketing. Les économies à cet égard sont liées à la réduction de la publicité dans les médias et dans la presse écrite, au marchandisage visuel et aux événements physiques. Dans le même temps, nous continuerons à investir dans le marketing numérique en mettant fortement l’accent sur nos plateformes de communication électronique et de médias sociaux pour continuer à dynamiser la marque pour BOSS et HUGO.

Enfin, nous éliminons également toutes les dépenses d’exploitation non commerciales critiques supplémentaires, notamment la réduction des services externes de tiers, les frais de déplacement et l’arrêt des déploiements de systèmes non essentiels. En plus des économies OpEx mentionnées ci-dessus, nous réduisons notre budget CapEx pour l’année en cours d’environ 1/3 par rapport à notre plan initial d’environ 150 millions d’euros. Cela comprend principalement le report des ouvertures et rénovations prévues des magasins lorsqu’ils ne sont pas perçus comme une entreprise critique. De plus, nous avons décidé de conserver tous les investissements informatiques non essentiels.

Pour limiter l’augmentation de notre fonds de roulement commercial net au cours des prochains trimestres, nous réduirons les entrées de stocks d’au moins 200 millions d’euros au cours de l’exercice 2020. En particulier, la prochaine collection automne-hiver verra une réduction significative de la volume total des commandes Cela comprend la conclusion d’un accord avec nos principaux fournisseurs pour réduire considérablement les commandes, ainsi que l’ajustement de notre propre production à Izmir, en Turquie, afin de réduire la demande à court terme. En plus de cela, nous adoptons une approche très conservatrice en ce qui concerne les activités de réapprovisionnement de la collection printemps / été actuelle, tout en prévoyant d’apporter la myriade de styles à travers les 2 saisons.

Enfin, comme déjà annoncé le mois dernier, nous avons, en tant que Conseil d’Administration, en concertation avec le Conseil de Surveillance, décidé de proposer à l’Assemblée Générale des Actionnaires du 27 mai la suspension du versement des dividendes de l’exercice ’19, à l’exception du dividende minimum légal de 0,04 euro par action. La retenue du bénéfice net renforcera encore notre flexibilité financière au cours de l’exercice 2020. Je suis absolument convaincu que la mise en œuvre de toutes ces mesures nous permettra de protéger notre bilan, qui autrement serait très sain, et nous fournirait le bon montant de flexibilité financière. Garantir une liquidité suffisante est et restera notre priorité absolue à court terme.

Avant de terminer, mesdames et messieurs, permettez-moi de dire quelques mots sur nos attentes pour l’année entière et le deuxième trimestre en particulier. Comme prévu, les fermetures temporaires de magasins en cours continueront d’avoir une incidence sur notre rendement supérieur et nos résultats à court terme. Dans le même temps, le niveau d’incertitude reste élevé au moment où nous parlons, car personne aujourd’hui ne sait combien de temps la situation va durer et à quelle vitesse nous pouvons reprendre la croissance. Cela signifie à son tour qu’il est encore impossible de quantifier l’effet négatif qui en résulte pour l’exercice 2020 à ce stade. Cependant, nous devons nous préparer à un deuxième trimestre difficile. Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne nos activités en Europe et sur le continent américain, qui représentent normalement 85% du chiffre d’affaires du groupe et sont toujours fortement affectées par les fermetures de magasins en cours. En conséquence, nous nous attendons à ce que les baisses des résultats supérieurs et inférieurs au deuxième trimestre soient plus sévères que celles enregistrées au premier trimestre, et les ventes de devises ajustées devraient diminuer d’au moins 50% au deuxième trimestre. trimestre. Cette dernière, bien sûr, dépendra en grande partie de la durée du blocus et de la rapidité avec laquelle le secteur des briques et du mortier pourra revenir à un commerce plus normalisé. L’évolution attendue de la ligne supérieure, conjuguée à un impact plus prononcé des amortissements des stocks que j’ai évoqué précédemment, pèsera lourdement sur notre résultat d’exploitation, qui à ce stade est estimé négatif à plus de 100 millions d’euros au deuxième trimestre. .

Malgré la situation actuelle et un deuxième trimestre plutôt difficile à venir, nous sommes convaincus qu’à partir du troisième trimestre, l’environnement du commerce de détail s’améliorera progressivement. Cela devrait également avoir un impact positif sur le développement des ventes et des bénéfices du groupe au second semestre.

D’ici là, les priorités clés sur lesquelles nous nous concentrons et exécutons restent claires. Premièrement, travailler avec la plus haute discipline dans nos mesures pour assurer la stabilité financière de HUGO BOSS, tout en stimulant et en explorant nos énormes opportunités au sein de nos moteurs de croissance en ligne en Chine. Et avec cela, mesdames et messieurs, Mark et moi sommes heureux de répondre à vos questions.

================================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions de l’opérateur) Et la première question vient de la ligne Jaina Mistry de Deutsche Bank.

————————————————– ——————————

Jaina Mistry, Deutsche Bank AG, Division de la recherche – Analyste de recherche [2]

————————————————– ——————————

Tu peux m’écouter?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Président du conseil d’administration et PDG [3]

————————————————– ——————————

À la perfection.

————————————————– ——————————

Jaina Mistry, Deutsche Bank AG, Division de la recherche – Analyste de recherche [4]

————————————————– ——————————

Je me limiterai à 2. Premièrement, dans les inventaires, selon votre commentaire, quand pensez-vous que la position des stocks sera propre? Et quelle proportion de vos stocks aujourd’hui sont persistants ou saisonniers? Ma deuxième question concerne les économies de coûts. Quelle ampleur des économies de coûts avez-vous constatées au premier trimestre? Et sur les 150 millions d’euros que vous avez guidés, quelle sera la phase progressive au cours de l’année?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Président du conseil d’administration et PDG [5]

————————————————– ——————————

Si vous voulez aller avec OpEx et que je prends celui en inventaire?

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO et membre du conseil d’administration [6]

————————————————– ——————————

Oui. De toute évidence, comme nous l’avons dit, nous prévoyons que les économies réalisées sur le côté OpEx seront de 150 millions d’euros. Nous n’avons réalisé que des économies au premier trimestre car, comme vous le savez, le blocus a commencé dans la plupart de nos activités à la mi-mars, donc les 150 millions d’euros seront distribués, plus ou moins, au cours des prochains trimestres, je pense, avec un certain effet dans Q2 et Q3.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Président du conseil d’administration et PDG [7]

————————————————– ——————————

Du côté des stocks, nous réalisons environ 20% de notre activité avec des articles à feuilles persistantes, nous n’avons donc pas de lien spécifique avec la collection printemps / été ou automne / hiver. Pourtant, cette tendance saisonnière dans notre collection a grandi, nous sommes donc presque sûrs qu’une partie de notre collection printemps / été sera désormais utilisée pour commercialiser nos magasins alors que nous redémarrons nos activités. Comme Yves l’a déjà expliqué en détail, nous avons déjà vu notre capacité à réduire l’entrée de produits frais au premier trimestre. Ainsi, malgré le blocus et la baisse des ventes dans le commerce de détail et de gros en raison du blocus, nous avons constaté une augmentation très modeste des stocks par rapport à l’année précédente. Nous avons clairement ajusté nos volumes de production dans les secteurs de détail et de gros pour l’automne / hiver et au-delà. Nous utiliserons ces stocks que nous ne pouvons pas vendre au prix fort maintenant comme inventaire pour notre activité de sortie d’usine pour le premier semestre 2021. Par conséquent, nous avons ajusté à la fois nos volumes de production pour l’activité à prix plein et l’activité à prix réduit. . Et je pense que nous vous avons déjà indiqué que nous avons déjà identifié et mis en œuvre des mesures pour améliorer notre situation des stocks d’environ plus de 200 millions d’euros jusqu’à fin 2020, ce qui nous donnerait une taille relative des stocks par rapport à la taille de l’entreprise comparable à l’année précédente Donc, à ce stade, nous nous attendons à une normalisation des stocks en termes de structure à mesure que nous progressons en ’21, mais nous nous attendons à une relation saine entre les stocks et la taille de l’entreprise dès le second semestre 2020.

————————————————– ——————————

Opérateur [8]

————————————————– ——————————

La question suivante vient de la lignée de Jurgen Kolb de Kepler Cheuvreux.

————————————————– ——————————

Jurgen Kolb, Kepler Cheuvreux, Division de la recherche – Analyste [9]

————————————————– ——————————

Oui. Également du côté de l’inventaire, peut-être un rapide. Et qu’est-ce que vous annulez ou nous indiquez exactement que vous souhaitez ou souhaitez annuler au T2? Printemps / été, mais est-ce aussi automne / hiver et la prochaine collection automne / hiver? Et peut-être quelques conseils supplémentaires sur combien vous pensez avoir besoin de baisser le prix de la marchandise lorsque vous l’envoyez aux magasins d’usine? Et deuxièmement, j’ai remarqué que HUGO avait, même au premier trimestre, une très forte activité de vêtements décontractés, qui a même augmenté à deux chiffres au deuxième trimestre. Et je me demandais si vous pourriez peut-être nous donner une indication du type de produits que nous vendons si bien ici et quelle est la partie loisirs ou décontractée en ce moment chez HUGO.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Président du conseil d’administration et PDG [10]

————————————————– ——————————

Oui. Pour être très clair, nous avons déjà pris des mesures d’ajustement assez importantes sur la marchandise automne / hiver. C’est donc une marchandise à écrire ici, donc il n’y a pas de ventes à l’automne / hiver. Sin embargo, lo que descartamos es que esperamos, debido a los bajos volúmenes, algún movimiento en la mercancía Primavera / Verano debido al bloqueo de que nuestro sistema SAP indicará amortizaciones tanto en la mercancía Primavera / Verano ’19 que no fuimos capaz de vender a la velocidad esperada en nuestro negocio fuera de precio y lo mismo es cierto para la Primavera / Verano ’20, en nuestro negocio de precio completo. Sí, esperamos que nuestras ejecuciones de valoración de SAP indiquen y soliciten o lleven a amortizaciones en el inventario de la mercancía de primavera. Porque en la mercadería de primavera, como probablemente ya saben, no tuvimos oportunidad de reaccionar porque nos golpeó la magnitud de la desaceleración a fines de marzo. Entonces, lo que indicamos ya que esperamos que el segundo trimestre se vea afectado por la reducción de inventario, esto se relaciona con las colecciones Primavera / Verano 2019. Tienes razón al destacar una de las tendencias alentadoras que seguimos viendo. HUGO mantiene su impulso especialmente en el lado informal del negocio. Recuerde que ese es uno de los elementos de nuestro plan de crecimiento a medio plazo, que claramente se cumplieron. Y también hemos visto en este deprimido primer trimestre mundial un crecimiento de dos dígitos en la informalidad, lo que ha llevado al negocio de ropa informal en HUGO ahora casi a la par con el negocio formal. Debido a la categoría de remigración, la parte comercial está demasiado afectada por HUGO, pero hemos visto un crecimiento del 12% en la ropa informal de HUGO. Así que estamos claramente: en las circunstancias de la pandemia de la corona, hemos visto una fuerte demanda subyacente para el segmento contemporáneo de HUGO.

————————————————– ——————————

Opérateur [11]

————————————————– ——————————

La siguiente pregunta proviene de la línea de Thomas Chauvet de Citi.

————————————————– ——————————

Thomas Vincent Chauvet, Citigroup Inc, División de Investigación – MD [12]

————————————————– ——————————

Dos preguntas, por favor. El primero en su negocio en línea. ¿Es capaz de hacer frente al crecimiento de tres dígitos en abril durante un par de trimestres o más desde el punto de vista logístico? ¿Cómo se asegura de no perder oportunidades de ingresos y mantener un alto nivel de servicio al cliente? Y en segundo lugar, tal vez por Mark. Sé que no hay bola de cristal, lo has dicho durante muchos años en esta industria. ¿Puede darnos una especie de actualización del escenario de recuperación de la demanda en el tercer y cuarto trimestre? Parece que quieres ser bastante positivo en la Q3 y tal vez el comienzo de Otoño / Invierno. Si el H2 fuera peor de lo esperado, ¿qué nivel de ahorro de costos incrementales podría implementar? Creo que mencionó en una entrevista esta mañana una posible reducción de personal. Y solo un seguimiento de la pregunta de Jurgen anterior, y la ropa informal de HUGO, ¿cuándo crees que podrías traducir ese impulso tan específico de la marca en BOSS? Todavía vemos que la ropa informal del jefe no funciona como tal vez debería ser incluso en este entorno.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Presidente de la Junta Directiva y CEO [13]

————————————————– ——————————

Si. Gracias Thomas. Tenga cuidado, destacamos el 100% de los negocios duplicados para el mes de abril, pero esto no es una indicación de todo el año para eso. Pero su pregunta no era si pronosticamos duplicar para el resto del año, sino si somos capaces de lidiar con eso. Nuestra capacidad de atender a los clientes con nuestra configuración de almacén multicanal ha demostrado claramente ser beneficiosa y un activo estratégico para el grupo en estos tiempos de bloqueo. No dependemos de ningún tercero para cumplir con estos pedidos en línea. No tenemos que luchar por conseguir nuestro lugar correcto en los sistemas de colas. Todo está dirigido por el único inventario de HUGO BOSS. Por lo tanto, hemos podido cambiar rápidamente el inventario que inicialmente compramos y asignamos a ladrillo y mortero para llevar este inventario al lado en línea de nuestro negocio. Entonces, bajo el supuesto de que veríamos un alto crecimiento de dos dígitos o incluso un crecimiento de tres dígitos en e-comm, nuestras capacidades logísticas no serán factores limitantes para satisfacer estas demandas. También monitoreamos muy cuidadosamente los niveles de servicio en términos de cumplimiento. Como saben, gran parte de nuestro negocio ahora también viene a través de una plataforma de concesión de terceros. Zalando está trabajando muy de cerca con nosotros para garantizar y monitorear nuestros niveles de servicio en relación con la industria. And I can assure you that HUGO BOSS stands out in terms of service quality relative also on these multi-brand platforms, which is also proof on the sophistication and capabilities of our e-comm platforms. As we indicated in our outlook on the second quarter, we do expect a continuous release on the lockdown in core markets. We have seen already first indication in Europe. I think you’re well aware on some of the trends we also see on the other side of the Atlantic happening in the U.S. And I think Yves also spend some details on that we are quite encouraged by the trends we have seen in China. Also April, latest trading days was even better than what we have seen at the beginning of the quarter.

So I think there’s a clear sign that we are on a recovery path as stores begin to reopen. But since the range of potential outcome for the third quarter, as we, on the one hand, expected gradual improvement, however, there’s a wide range of potential outcome, it makes it difficult for us to predict already — or to give you a full year guidance. So I would leave it at this point in time that we do expect an improvement in the second half of the year. We expect second quarter to be the low point on the performance, but we can’t provide you with more color on the second year and the full year development.

I would spin your question on BOSS Sportswear versus HUGO Sportswear positive — slightly more positively, speaking on behalf of HUGO BOSS, of course. So we do see overproportional growth also on the BOSS Sportswear side. And also the 2-brand strategy has clearly shown that the consolidation of our — at least our casualwear and smart casual offering has driven — was one of the key elements driving better sales density and performance in our stores. And also the feedback that we provided you in our previous quarters that BOSS on the wholesale side has started to gain traction. We mentioned already the development in the U.S., where we stabilized and we have seen good momentum in the first 2 months of 2020 under the new leadership of Stephan Born, gives me a lot of confidence that when we — once we overcome this crisis, BOSS Sportswear will be the key growth driver for the group for sustainable growth. So in terms of collection, in terms of merchandising with the new setup, I’m absolutely confident that once we have this crisis behind us, BOSS Sportswear will be an important growth driver for us in core markets, be it in Europe but also in our 2 non-European markets, in the Americas and also on — in Asia.

————————————————– ——————————

Thomas Vincent Chauvet, Citigroup Inc, Research Division – MD [14]

————————————————– ——————————

Mark, wishing you very well in the coming months and the future.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [15]

————————————————– ——————————

Thank you, Thomas.

————————————————– ——————————

Opérateur [16]

————————————————– ——————————

Next question is coming from the line of Antoine Belge from HSBC.

————————————————– ——————————

Antoine Belge, HSBC, Research Division – Global of Consumer and Retail Research [17]

————————————————– ——————————

It’s Antoine Belge, HSBC. Dos preguntas. First — actually my first question for Mark is — actually has 2 parts. So first of all, were there any difference in views in terms of the strategy at HUGO BOSS for you to leave the company? And also, can you provide an update about the search for a new CEO, what type of profile and what could be the time frame?

My second question is back to this guidance for Q2 of an EBIT loss of at least EUR 100 million. And so what would be the gross margin evolution in that — on that assumption? And also, how much — how many basis points will represent the inventory valuation effect that you already flagged? By the way, I mean it seems that other companies, if I look at adidas, for instance, they took inventory already in Q1. So what’s the reason for delaying that to Q2?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [18]

————————————————– ——————————

Let me start with the first one, and then Yves will kick in on the second. So as always, I ask for your understanding that any details or reasoning why on my departure end of September is something that we will not discuss in public. But it’s important on this one, I’m very aligned with the Supervisory Board and also with the Chairman, that was not based on any disagreement on the strategy of the group, which we as Managing Board and also Supervisory Board fully endorses. I’m also unfortunately not the right person to ask on the status on the profile of the new CEO. That’s fully the obligation on the Supervisory Board. So this is something that neither Yves or I can give you any further color to it. Of course, I will be in my current role until the end of September. I agreed to serve as an — in an advisory role until the end of 2020. But I’m also absolutely confident that with the current Managing Board, the company is in very good hands in these clearly difficult times. Yves, you want to give a bit more detail on the gross margin topic?

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO & Member of Managing Board [19]

————————————————– ——————————

Yes, Antoine. So regarding your second question regarding the guidance for Q2, clearly, we expect an EBIT loss that will be exceeding EUR 100 million negative. But for the time being, we cannot — because of the high level of uncertainty, we are really not able to provide us with any guidance regarding the gross margin because any factor, they are so uncertain for the time being, it will be very difficult. And relating to your question 2b, I would be saying regarding inventory valuation. Since you all know, I mean you have, of course, your valuation routines at end of Q1. And be aware that the majority of lockdown, especially of 85 of our business — 85% of our business in Europe and in the United States just started in the middle of March. So the aging structure and the coverages, that these are the 2 main determining factors of the inventory valuations, were actually in a fairly good position at the end of Q1. But what we expect is that due to the closures we have experienced in April and our expectation for the remaining Q2, we expect that the inventory valuation will hurt the gross margin in the second half of — in the second quarter of the year.

————————————————– ——————————

Opérateur [20]

————————————————– ——————————

The next question is coming from the line of Thierry Cota from Societe Generale.

————————————————– ——————————

Thierry Cota, Societe Generale Cross Asset Research – Equity Analyst [21]

————————————————– ——————————

First, coming back to the 50% minimum sales drop you expect in Q2, can you give us some granularity on your thinking, whether you think that there should be a difference in trends between wholesale and retail and whether you think Europe and U.S. should be, as in Q1, pretty much [the same] or not?

And secondly, on online, if I’m not wrong, the growth was a little slower in Q1 than in Q4. I was wondering if there was any less visible space impact last quarter versus the previous quarter.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [22]

————————————————– ——————————

Now let me start with the online question. I think to give you a bit more color through it, also online was not completely immune to the — I would even call it shocks as the coronavirus became a global pandemic. So there was clearly a period starting basically mid-end of February until early February, where on the top of consumers’ minds as they search the web was not necessarily apparel but sanitizers and toilet papers, at least in some markets. So this has changed. It has strongly changed. It has changed already with good growth numbers in the second half of March. And as I said, we are very pleased with the momentum we have seen in April. So we do believe that customers have adopted to that. There continues to be very — there’s a high interest in our brands. So our CRM activation continues to work, maybe not to the full level as it is not able to drive people to our stores, but we are happy with the traffic it generates at our site, and as I already said, also our concession partners. Clearly, the biggest one, Zalando, where we have taken our control for the BOSS side of our business, I’m extremely happy with the underlying demand for our collections, coming back to the discussion we had on HUGO and BOSS Sportswear, and the results that we generate. So the 39% online growth in the first quarter was not an even number. We had a very, very strong start then the base business slowed down significantly, to restart, as I said, at the beginning. And we take this momentum now at play, we would like to work with that as long — and this leads over to the question where Yves will give you a bit more detail. On the drop, we do expect in the second quarter, which is predominantly driven by the vast majority, 85% of our business, which has now been closed for already 6 weeks into the quarter. And we see only a very slow gradual reopening strategy. But Yves, please, if you provide a bit more detail to Thierry.

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO & Member of Managing Board [23]

————————————————– ——————————

Yes, Thierry, as you know, like especially in Europe and in the Americas, these 2 together are like 85% of our business. And actually, we now expect that the lockdown will be gradually relieved in some of those countries. This will take a while. And actually from our expectation of channels, it will be evenly somehow be divided between retail and wholesale as both channels are now starting to trade in these respective countries. And be — of course, as you know, as almost the wholesale business in APAC is almost negligible. But still keep in mind that even in the Asian region, there are some countries like Japan, for example, and Singapore, that it’s more likely that there will be no trading in May because of governmental regulations. So we will see a gradual pickup there in — earliest in June if we talk about, for example, countries like Japan and Singapore.

————————————————– ——————————

Opérateur [24]

————————————————– ——————————

Next question is coming from the line of Kathryn Parker from Jefferies.

————————————————– ——————————

Kathryn Parker, Jefferies LLC, Research Division – Equity Analyst [25]

————————————————– ——————————

Can you hear me okay?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [26]

————————————————– ——————————

We do hear you loud and clear.

————————————————– ——————————

Kathryn Parker, Jefferies LLC, Research Division – Equity Analyst [27]

————————————————– ——————————

Excelente. So, my first question is on the store performance in China. And — so obviously, you’ve given the April figure, but I wondered if you could tell us what the exit rate for the month was and if there are any trends in [50-odd] segments of consumers that are outperforming? And perhaps, whether you expect to turn positive in May or June?

And then my second question is on wholesale, whether you would consider buying back any unsold stock from your wholesale partners to prevent them from discounting it? And how much control you actually have on the timing and depth of discounting in your wholesale business?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [28]

————————————————– ——————————

Yes. Thank you very much, Kathryn, on both question. As we said, we have seen from the low point as China was hit first, basically the same as we now see in Europe, a complete lockdown, more than 80% down. We’ve seen quite a steady improvement. And I think for — if you look at the full month base, we have seen our business at the end of the quarter already recover to business that has already recouped 80% to 85% to the pre-corona level. We have seen in the recent weeks, but we are too — it’s too early to tell whether this is predictive for the first — full second quarter, we have seen further encouraging signs. But we will not give you a full quarter guidance for the Chinese markets in particular because we think the data set is still too, well, uneven and not gives us a full trend. And also keep in mind that 2 important subsegments of the Chinese markets, Hong Kong and Macau, continue to be severely affected. So if you take just a certain regional part of China, we might be even right or you’re right to assume that we might see already for the full quarter, a flat or even positive development to that. But we are still cautious on the outlook of total of China for the second quarter. So we would ask for your patience. We will give you more color to it as we have the full second quarter results whether we see — or when we do see a return to growth for the Chinese markets. But it’s absolutely clear also for us that China will be clearly the region and the markets where we do expect return to growth the first for HUGO BOSS.

As you can imagine, for most of our wholesale partners, we are the #1 menswear apparel partners. So we have spent a lot of time now with them to weather the crisis. The part that we have adjusted the first was clearly that to adjust their buying budget for Fall/Winter because also to the improvement working on the operational side of our business, we were able to postpone or cancel some of the production orders which were not fully placed at our production site, be it in-house or third party, which takes away inventory pressure both from our balance sheet but also from our wholesale partners, which gave a mandatory preorder in January, February to us. We are also evaluating very carefully and then on a case-by-case base how we deal with trade receivables. Then we try to spread the challenges that we all face in an even way. Some of these wholesale partners are even our landlords on other side because we’re working with them sometimes on a hybrid deal that part of our business is wholesale with them. Otherwise, we are also there, our landlords on the concession side. So we try to find mutual acceptable ways to weather this difficult situation with us. But there’s one thing that we are not going to be offering, and that’s a return of inventory. That’s — it was a decision from our partners to buy inventories at the current levels. It’s a situation that we clearly have to deal with an excessive Spring/Summer inventory situation ourselves. So we do not expect to have any inventory returns from our wholesale partners.

————————————————– ——————————

Opérateur [29]

————————————————– ——————————

Next question is coming from the line of Elena Mariani from Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Elena Mariani, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director of Luxury Goods and Brands [30]

————————————————– ——————————

A couple of questions for me as well. The first one, going back to China, I would imagine that you are not benefiting massively from a repatriation of purchases, but still to a certain extent, you are. So maybe can you remind us what’s historically been the percentage of sales to the Chinese cluster that was happening outside of China. And maybe if you have any view on how the cluster has been developing recently as opposed to the specific sales within Mainland China. And then you were kind enough to talk about very recent trends. Have you seen anything interesting in Germany in the very recent weeks? I’m asking because there was another brand today that indicated very encouraging trends, even better trends than China. So maybe if you have some observations, it would be nice to know.

And then final question is about all the measures that you have put in place to protect your free cash flow. I was wondering whether you think this would be enough to protect your liquidity situation in case of a worst-case scenario. So in other words, if the situation does not improve in the second half of the year as quickly as you expect, do you think that what you’ve done is enough? Or would you need to do and put together incremental measures to protect your liquidity and balance sheet?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [31]

————————————————– ——————————

Thanks, Elena. Let me take the first 2 questions. So we expect that we do about 10% to 15% on our revenues with Chinese consumers clearly at home but also as they travel the world and shop with our BOSS stores in Paris, London or in the Americas. As they are also now restricted to travel, we expect that they also are part of our recovering volume or momentum that we see now in China. Even so, as you can imagine, it’s hard to predict whether the transaction we are now — have with these customers is something that in normal circumstances might have happened in Korea, Japan or in Europe. But based on the feedback that we also get from our Chinese colleagues, we do believe that part of the recovery path that we now see in China is due to the fact that Chinese consumers are being forced to shop at home with also for the foreseeable future, it’s very unlikely of these tourism to return or to return to shopping habits outside of China, which might have other repercussion on our global business setup.

In Germany, I think we already gave you all the information we have at this point in time. We are quite happy from an operational perspective how the startup of operation has been. I think we are well prepared in terms of processes, new hygiene standards, staff training to serve our customers under these circumstances. Our observation is that traffic through the inner cities to the shopping malls where we do operate in Germany, and keep in mind, it’s I think just a handful of stores that we have started to operate, so no factory outlets, it’s all based on the sample of the full-price stores that we operate. We have clearly seen the impact of very reduced numbers of visitors to the inner cities also coming to our stores. We have seen a steady improvement at — roughly at the rate that we expected. In Austria, even a bit more than we initially thought, but it’s not a more rapid return to more normalized levels like we have seen in China. Actually, from our perspective, the recovery in China is, week on week, stronger than the recovery we have seen so far in Central Europe.

Yves, you want to talk about the stress test, the impact on cash flow?

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO & Member of Managing Board [32]

————————————————– ——————————

Yes. Elena, what we are — I think it’s — first of all, I think it’s important to know what is our starting point. And I think if you look at our last balance sheet of the annual financial statement, we had net debt of EUR 88 million. So actually, we are starting with a very solid balance sheet. And somehow, we as Managing Board, we’re somehow very often criticized for such an unleveraged balance sheet. At least now we know what is this good for. And I think it’s good to have enough time to breathe now. And I think this is very important, point number one, and always to prepare for the uncertainties. Secondly, I think we did all the cash measurements, like the EUR 600 million that I’m alluding to. We did a cash flow forecast. And clearly, we did this on a kind of monthly basis. And still, if you draw this down on the monthly basis, even the worst case would be covered in terms of our liquidity position. So I’m very confident that we do everything to secure the liquidity. But I think it’s always good to be prepared for more uncertainties. And of course, we are preparing this as well.

————————————————– ——————————

Elena Mariani, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director of Luxury Goods and Brands [33]

————————————————– ——————————

Very helpful. Sorry, just one thing. I have missed what you said in terms of percentage of sales to the Chinese happening abroad historically. Did you say 10% to 15%?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [34]

————————————————– ——————————

Yes. Thanks, Elena. And I think we have one more question. Est-ce exact?

————————————————– ——————————

Opérateur [35]

————————————————– ——————————

Yes, sir. The last question is coming from the line of Melanie Flouquet from JPMorgan.

————————————————– ——————————

Melanie Anne Flouquet, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Head of European Luxury Goods and General Retail [36]

————————————————– ——————————

Yes. The first one would be — I’m bouncing back on the comments you made about the Chinese spending more at home. Clearly, you had less exposure to travelers, so there is less repatriation impact. But also I suspect that this raises another question mark that you are leading to, which is whether you should accelerate your expansion because you are still relatively small with the Chinese consumer compared to other premium brands and other luxury brands. So could we see a reallocation of your store plans in the coming 2 years with more accentuation on China and less, for instance, in Europe or in other adjacent countries? Could that be a consequence of this crisis?

My number two question is on e-commerce. Would you be so kind to maybe share with us what are your teachings of the e-commerce performance? Are you seeing — are you noting any big product doing particularly well? I imagine casual is doing well. What are you seeing by price points? Can you share anything on the — on what is going on in e-commerce, the sort of best part of the business today?

And my last question, sorry, is on allowances for wholesale accounts that you referred to in quarter 1 of high single-digit million. Is this a one off — a big impact that you took straightaway? Possibly, I was thinking linked to some U.S. department stores’ difficulties. Or should we expect some of these charges to continue in the coming quarters, and this was solely regarding Q1?

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [37]

————————————————– ——————————

Thanks, Melanie. And clearly, China, as you know, has been a key pillar of our growth strategy prior to corona, and it has proven itself to be the absolutely focal point of the growth through crisis. So in terms of CapEx adjustments, the country least affected because from our perspective is least penetrated and offering the best financial terms also in terms of growth is China. And during our approval processes over the last couple of weeks, I can tell you it was — the vast majority of projects, be it renovation, relocation or new stores, was the Chinese market. So we — you’re absolutely right in your assessment that we will do and fund all business endeavors now to enlarge or to grow our also physical retail network in China.

And I was just visiting China a couple of weeks prior to the shutdown, meeting also some landlords. And especially in the menswear apparel segment, the feedback I received relative to our peers was extremely strong, and we were able to secure bigger and better-located locations relative to other menswear players. So this is one element we pursue. What we are also seeing that the Chinese market is also quite innovative when it comes to omnichannel services. So during the period of the lockdown, we have worked with our Sales Associates to use WeChat, also to stay in contact with our customers, to introduce them to a new offering, to find a hybrid, almost, I would say, even personalized service where we use our e-comm platforms together with our physical distribution network to connect during the time of physical lockdown to our consumers. And we have decided now with our Chinese management also to scale this business now to serve customers in these times where physical traveling is restricted even more. So just to clarify the earlier question from Elena, when we talked about 10% to 15%, that’s the total business that we believe we do with Chinese consumers, combining our business in Greater China and outside of Europe. And we — you’re absolutely right, we think this is a number we can grow significantly in the years to come with physical expansion but also the growth on the e-comm platform. Just another anecdotal evidence is that both Tmall and JD, I think I just briefly mentioned that in my speech, were extremely happy with the growth that BOSS has demonstrated over the last couple of weeks. Both platforms also benefited in China from the development or the impact from the coronavirus. And the BOSS brand in particular moved up quite significantly in the relevance as a leading menswear brand also when it comes to menswear apparel platform.

On — help me, on e-comm was…

————————————————– ——————————

Melanie Anne Flouquet, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Head of European Luxury Goods and General Retail [38]

————————————————– ——————————

Yes. Did you note any declines…

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [39]

————————————————– ——————————

Oh, yes, the product category.

————————————————– ——————————

Melanie Anne Flouquet, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Head of European Luxury Goods and General Retail [40]

————————————————– ——————————

Yes, yes.

————————————————– ——————————

Mark Alexander Langer, Hugo Boss AG – Chairman of Managing Board & CEO [41]

————————————————– ——————————

Well, we knew already in the past that the baskets look differently on the e-comm business relative to brick-and-mortar. And the short answer is this has not changed fundamentally after the coronavirus. So there are certain product categories that are easier to purchase online than to buy in stores. So the suit that you wear for the most important interview, if you do your interview at JPMorgan, it’s probably something you buy in a store. The dress that you buy for the most important dates that you have meeting your parents in-law is probably the one you still would like to try on in our boutique on Regent Street. But there is clearly now a push. And hopefully, you have seen our CRM mailing on comfort loungewear that resonated very strongly with the consumers. So clearly, we took tactical measures in our CRM communication, the product questions that we had on our e-comm site to help people to feel comfortably but also classically — in a classic way dressed as they spend more time in front of the Skype and Zoom monitors than with their colleagues in the office. But the short answer is that we have not seen a fundamental change in consumer demands in the crisis. And I think the third question was on allowance on wholesale, yes.

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO & Member of Managing Board [42]

————————————————– ——————————

Was on the receivables on the allowances. Like we said, we had an impact in our P&L for high single-digit million euro amount. And the question was whether there are some individual wholesale accounts. Overall, as you might know, there are 4 of our customers that have filed like Chapter 11. These are Lord & Taylor, Neiman and Marcus, Galeria Kaufhof, Karstadt and (inaudible) Germany. So all these have an exposure which is less than EUR 2 million, which we have some now booked in allowance. And the remaining part is a kind of reserve we especially have as a prudent businessman that we booked because we are doing a lot of sizable business with international markets. So this is the kind of reserve that we book in the Q1 based on our own expectation estimates.

————————————————– ——————————

Melanie Anne Flouquet, JP Morgan Chase & Co, Research Division – Head of European Luxury Goods and General Retail [43]

————————————————– ——————————

So this is — we should treat this as a one off, right, that it’s not a repeat that we’ll see every quarter, you took a big lump for the light impact of the year?

————————————————– ——————————

Yves Müller, Hugo Boss AG – CFO & Member of Managing Board [44]

————————————————– ——————————

Yes. But of course, you never know what happens on the wholesale because as you know right now, the whole industry is affected. But yes, this is a one off as a kind of bad debt allowance. Yes.

————————————————– ——————————

Christian Stoehr, Hugo Boss AG – Head of IR [45]

————————————————– ——————————

Thank you, ladies and gentlemen. I guess that completes our conference call for today. If there’s any question that was not answered, then please, as always, be free to contact any member of the Investor Relations team. And with that, I would like to thank you for your participation. Wishing you a very good day. And stay healthy, and bye-bye.

————————————————– ——————————

Opérateur [46]

————————————————– ——————————

That does conclude our conference for today. Thank you for participating. You may all disconnect.

Meilleure Vente n° 1
adidas Regista 18 Training Pants Pantalon d’entraînement Homme Black/White FR: M (Taille Fabricant: M)
  • Poches le long des coutures latérales.
  • Taille élastique à cordon de serrage.
  • Zips pratiques aux chevilles.
  • Insert en mesh sous la taille à l'arrière.
  • 3 bandes en bas des jambes. Logo adidas  badge of sport  tissé sur la jambe.
Meilleure Vente n° 2
adidas Firebird TP Pantalon de Sport Homme Black FR: L (Taille Fabricant: L)
  • Ajustement régulier
  • Poches avant avec fermeture à glissière
  • Ceinture élastique avec lanière
Meilleure Vente n° 3
adidas LK B Ft Tracksu Ensemble de Sport Unisexe pour Enfant XL Multicolore (Maruni/Azul/Maruni)
  • Veste zippée avant et pantalon avec cordon réglable.
  • Peluche 60 % coton, 40 % polyester recyclé.
  • Survêtement à capuche
  • Tissu respirant.
Meilleure Vente n° 5
adidas Tiro 19 Presentation Jacket Veste Homme, Black/White, FR (Taille Fabricant : 2XL)
  • Col montant.
  • Manches longues à poignets côtelés.
  • Poches avant zippées.
  • Zip sur toute la longueur.
  • Matière climalite qui évacue la transpiration.
PromoMeilleure Vente n° 6
adidas Tiro19 Training Pants Pantalon d'entraînement Homme, Black/White, FR (Taille Fabricant : 3XL)
  • Poches le long des coutures latérales.
  • Taille élastique avec cordon de serrage.
  • Inserts en mesh sur les côtés.
  • Ventilation climacool.
  • Inserts côtelés en bas des jambes.
Meilleure Vente n° 7
adidas 3 Stripe PANTALONCINO Uomo BLU DV1526 Blu XS
  • Designer: Adidas originals
  • Article: DV1526
  • Couleur: Bleu
  • Saison: Printemps/Été
  • Matériel: Coton
Meilleure Vente n° 8
adidas CE1143 Short Mixte Enfant, Cbrown/Tracar, FR : XXS (Taille Fabricant : 68)
  • Gestion efficace de l'humidité
  • Haut confort
  • Liberté ABSOLUE de mouvement
  • 100% coton
  • Marque: adidas
PromoMeilleure Vente n° 9
adidas REGI18 PES PNT Pantalon de survêtement, Homme - Noir/Blanc - M
  • adidas REGI18 PES PNT Pantalon de survêtement, Homme - Noir/Blanc - M
  • Cordon de serrage interne.
  • Taille en caoutchouc élastique avec cordon de serrage interne.
  • 3 bandes sur le côté, des deux côtés.
  • Poches latérales.
Meilleure Vente n° 10
ADIDAS CG1032 GLOIRE veste noire (S)
  • Couleur : noir
  • Marque : Adidas
  • Femme > Vêtements > Vestes
  • Référence : CG1032-s

https://adidassportswear.fr// by vêtement adidas sportswear